Topic 7190306

DH//306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:39:41

 

© photo Jean-Thom-Jeth - Ombre courante

JOGGING

 

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:39:41

L’heure matinale du jogging: la pensée se libère de tout ce qui est mauvais, ramassé dans la nuit, qui a fait le tri des déchets de la veille. Je vois au sol ce que ma vie d’hier était. Mes pas de course se nourrissent du bon qu’elle était, piétinent le mauvais, espèrent ne rien piétiner demain.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:42:31

Moi c’est sous la pluie. Les étés à Montréal sont souvent humides, ce que j’adore. Il tombe tout à coup une pluie immense qui me rappelle les beaux jours de mon enfance. La pluie faisait monter le niveau du fleuve Yangtze et j’étais plus souvent dans un habitat rempli d’eau que dans une maison entourée d’air. J’allais secourir les camionneurs qui ajoutaient leurs larmes à la crue du fleuve en regardant leurs camions emportés par les eaux.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:45:13

C'est l'activité principale de mon corps une fois que l'élan est donné: il saute pris de joie se sentant appelé à régner sur la forêt devenue son royaume. Pluie, soleil, jour ou nuit, peu importe. Il s'adapte à la lumière, à l'ombre, à la sécheresse ou à l'humidité. Il a besoin de tout cela. Quand il a passé une journée sous un trop plein de lumière il est dû pour une entrée docile dans la nuit, et veut y rester aussi longtemps qu'il a habité le jour. Quand il a emmagasiné toute la sécheresse d'une journée sans eau, il est dû pour une entrée fracassante dans un torrent immaculé de joie.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:39:41

La tête reçoit, elle n'est donc pas en fonctionnement. Elle reçoit la pluie pour toi WueWong, la mienne reçoit l'or brûlant du soleil car je ne vais au parc que s'il fait beau. Je choisis l'après-midi torride. Le temps que les bêtes redoutent. Le malheur brûlant qu'elles fuient s'abat sur ma course comme un complice bruyant sous mes pas, et ce que je donne d'énergie au sol en courant comme un fou, le sol le dépose en moi par sa mémoire que je réveille.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:48:27

C'est pour moi la course du solitaire à la recherche de l'autre solitaire qu'il croisera sans lui parler, sans lui partager la moindre émotion, et pourtant ces deux-là se retrouveront dans la pensée dépourvus de sentiments l'un pour l'autre. Courir rend l'homme aussi heureux que l'animal: il ne devient qu'un corps. Que plusieurs soient au rendez-vous dans le même parc ne signifie rien pour le corps d'un seul être entièrement consacré au travail de ses zones vitales. Nous provenons tous d'un moment extrême dans la jonction des corps physiques.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:51:12

J'aime à jogger dans les rues encombrées d'autos, de camions, de cyclistes, de piétons angoissés qui sortent de la banque. Je prends conscience que ma solitude est la plus belle enveloppe qui soit, talonnée de partout par l'anxiété des villes aux parfums de mazout. Je sors pleinement de ma vie banale quand je cours sur les trottoirs bordés de sacs à ordures et de chaussettes détrempées qui se retrouvent là par des actes d'abandon. Je désire le bruit: il fend mon oreille d'une caresse brutale: il n'atteint que la part éveillée du rêve que je fais, quand je cours, d'être moi-même au milieu de l’univers.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:54:09

On découvre toujours sans se souvenir de ce qu'on a découvert dans le passé. Ainsi, la vie offre cette richesse de l’inédit qu'on croyait réservée à la stricte période de l'adolescence. Ce que j'aime de ces courses, c'est qu'elles sont idiotes, mais que chaque jour, l'appel est de plus en plus frénétique. On croit alors que c'est l'idiotie qui nous convie à un rendez-vous, puis quand on y repense le soir ou le lendemain, à l'heure du recommencement, on s'aperçoit que ce qui était idiot a revêtu un temps de bonheur intense et c'est vers lui qu'on se précipite à nouveau, comme ces enfants lointains qui n'ont jamais cessé de vivre.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:58:17

Je vais aussi courir en ville à la recherche de tout ce qui se trouve sur les trottoirs. Les humains y déposent des mâchées de gomme, des restes d’aliments trop vite consommés, des chaussettes (moi aussi j’en trouve: comment expliquer que les gens se déchaussent sur les trottoirs et font le reste du chemin sans les remettre dans leurs pieds?) puis comme j’habite aussi la campagne, l’été je cours le long du lac et quand j’ai chaud après je me baigne. Ce que je préfère? L’hiver, quand il fait très froid, j’aime bien faire mon jogging sur les appareils au gym du Plateau. J’y rencontre toujours de nouveaux amis, et comme c’est la vie qui les met sur mon chemin, je lui dis merci.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 18:01:23

Il allait toujours courir au même endroit, à la même heure, chaque jour, incluant le dimanche, été comme hiver. Elle, qui connaissait ce rituel, avait pris l'habitude de le suivre. Le sentier dans le parc dessinait des "s" entre les arbres et le grand étang. Par moments les détours étaient plus accentués, en sorte que lui, devant, pouvait constater qu'elle était là, derrière, toujours à égale distance. Il y avait aussi son ombre qu'il pouvait voir, en diagonale, quand il faisait beau. Jamais ils ne s'étaient rencontrés, salués, mais après plusieurs années de ce rituel quotidien, nul doute que dans ces deux têtes, et de façon si réciproque que ni l'un ni l'autre ne pouvait ignorer ce qui s'y tramait, une rencontre devait absolument avoir lieu.

Elle eut lieu, fatalement, ce jour où il convint que ce serait la dernière fois qu'il allait courir. Son cœur lâcha entre un bosquet et un banc de pique-nique vers lequel il avait bifurqué. Comme il avait passablement ralenti, elle se trouvait juste derrière lui, en sorte qu'elle n'eut qu'à le cueillir.

Topic 7190306

DH//306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:39:41

 

© photo Jean-Thom-Jeth - Ombre courante

JOGGING

 

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:39:41

L’heure matinale du jogging: la pensée se libère de tout ce qui est mauvais, ramassé dans la nuit, qui a fait le tri des déchets de la veille. Je vois au sol ce que ma vie d’hier était. Mes pas de course se nourrissent du bon qu’elle était, piétinent le mauvais, espèrent ne rien piétiner demain.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:42:31

Moi c’est sous la pluie. Les étés à Montréal sont souvent humides, ce que j’adore. Il tombe tout à coup une pluie immense qui me rappelle les beaux jours de mon enfance. La pluie faisait monter le niveau du fleuve Yangtze et j’étais plus souvent dans un habitat rempli d’eau que dans une maison entourée d’air. J’allais secourir les camionneurs qui ajoutaient leurs larmes à la crue du fleuve en regardant leurs camions emportés par les eaux.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:45:13

C'est l'activité principale de mon corps une fois que l'élan est donné: il saute pris de joie se sentant appelé à régner sur la forêt devenue son royaume. Pluie, soleil, jour ou nuit, peu importe. Il s'adapte à la lumière, à l'ombre, à la sécheresse ou à l'humidité. Il a besoin de tout cela. Quand il a passé une journée sous un trop plein de lumière il est dû pour une entrée docile dans la nuit, et veut y rester aussi longtemps qu'il a habité le jour. Quand il a emmagasiné toute la sécheresse d'une journée sans eau, il est dû pour une entrée fracassante dans un torrent immaculé de joie.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:39:41

La tête reçoit, elle n'est donc pas en fonctionnement. Elle reçoit la pluie pour toi WueWong, la mienne reçoit l'or brûlant du soleil car je ne vais au parc que s'il fait beau. Je choisis l'après-midi torride. Le temps que les bêtes redoutent. Le malheur brûlant qu'elles fuient s'abat sur ma course comme un complice bruyant sous mes pas, et ce que je donne d'énergie au sol en courant comme un fou, le sol le dépose en moi par sa mémoire que je réveille.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:48:27

C'est pour moi la course du solitaire à la recherche de l'autre solitaire qu'il croisera sans lui parler, sans lui partager la moindre émotion, et pourtant ces deux-là se retrouveront dans la pensée dépourvus de sentiments l'un pour l'autre. Courir rend l'homme aussi heureux que l'animal: il ne devient qu'un corps. Que plusieurs soient au rendez-vous dans le même parc ne signifie rien pour le corps d'un seul être entièrement consacré au travail de ses zones vitales. Nous provenons tous d'un moment extrême dans la jonction des corps physiques.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:51:12

J'aime à jogger dans les rues encombrées d'autos, de camions, de cyclistes, de piétons angoissés qui sortent de la banque. Je prends conscience que ma solitude est la plus belle enveloppe qui soit, talonnée de partout par l'anxiété des villes aux parfums de mazout. Je sors pleinement de ma vie banale quand je cours sur les trottoirs bordés de sacs à ordures et de chaussettes détrempées qui se retrouvent là par des actes d'abandon. Je désire le bruit: il fend mon oreille d'une caresse brutale: il n'atteint que la part éveillée du rêve que je fais, quand je cours, d'être moi-même au milieu de l’univers.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:54:09

On découvre toujours sans se souvenir de ce qu'on a découvert dans le passé. Ainsi, la vie offre cette richesse de l’inédit qu'on croyait réservée à la stricte période de l'adolescence. Ce que j'aime de ces courses, c'est qu'elles sont idiotes, mais que chaque jour, l'appel est de plus en plus frénétique. On croit alors que c'est l'idiotie qui nous convie à un rendez-vous, puis quand on y repense le soir ou le lendemain, à l'heure du recommencement, on s'aperçoit que ce qui était idiot a revêtu un temps de bonheur intense et c'est vers lui qu'on se précipite à nouveau, comme ces enfants lointains qui n'ont jamais cessé de vivre.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:58:17

Je vais aussi courir en ville à la recherche de tout ce qui se trouve sur les trottoirs. Les humains y déposent des mâchées de gomme, des restes d’aliments trop vite consommés, des chaussettes (moi aussi j’en trouve: comment expliquer que les gens se déchaussent sur les trottoirs et font le reste du chemin sans les remettre dans leurs pieds?) puis comme j’habite aussi la campagne, l’été je cours le long du lac et quand j’ai chaud après je me baigne. Ce que je préfère? L’hiver, quand il fait très froid, j’aime bien faire mon jogging sur les appareils au gym du Plateau. J’y rencontre toujours de nouveaux amis, et comme c’est la vie qui les met sur mon chemin, je lui dis merci.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 18:01:23

Il allait toujours courir au même endroit, à la même heure, chaque jour, incluant le dimanche, été comme hiver. Elle, qui connaissait ce rituel, avait pris l'habitude de le suivre. Le sentier dans le parc dessinait des "s" entre les arbres et le grand étang. Par moments les détours étaient plus accentués, en sorte que lui, devant, pouvait constater qu'elle était là, derrière, toujours à égale distance. Il y avait aussi son ombre qu'il pouvait voir, en diagonale, quand il faisait beau. Jamais ils ne s'étaient rencontrés, salués, mais après plusieurs années de ce rituel quotidien, nul doute que dans ces deux têtes, et de façon si réciproque que ni l'un ni l'autre ne pouvait ignorer ce qui s'y tramait, une rencontre devait absolument avoir lieu.

Elle eut lieu, fatalement, ce jour où il convint que ce serait la dernière fois qu'il allait courir. Son cœur lâcha entre un bosquet et un banc de pique-nique vers lequel il avait bifurqué. Comme il avait passablement ralenti, elle se trouvait juste derrière lui, en sorte qu'elle n'eut qu'à le cueillir.

Topic 7190306

DH//306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:39:41

 

© photo Jean-Thom-Jeth - Ombre courante

JOGGING

 

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:39:41

L’heure matinale du jogging: la pensée se libère de tout ce qui est mauvais, ramassé dans la nuit, qui a fait le tri des déchets de la veille. Je vois au sol ce que ma vie d’hier était. Mes pas de course se nourrissent du bon qu’elle était, piétinent le mauvais, espèrent ne rien piétiner demain.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:42:31

Moi c’est sous la pluie. Les étés à Montréal sont souvent humides, ce que j’adore. Il tombe tout à coup une pluie immense qui me rappelle les beaux jours de mon enfance. La pluie faisait monter le niveau du fleuve Yangtze et j’étais plus souvent dans un habitat rempli d’eau que dans une maison entourée d’air. J’allais secourir les camionneurs qui ajoutaient leurs larmes à la crue du fleuve en regardant leurs camions emportés par les eaux.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:45:13

C'est l'activité principale de mon corps une fois que l'élan est donné: il saute pris de joie se sentant appelé à régner sur la forêt devenue son royaume. Pluie, soleil, jour ou nuit, peu importe. Il s'adapte à la lumière, à l'ombre, à la sécheresse ou à l'humidité. Il a besoin de tout cela. Quand il a passé une journée sous un trop plein de lumière il est dû pour une entrée docile dans la nuit, et veut y rester aussi longtemps qu'il a habité le jour. Quand il a emmagasiné toute la sécheresse d'une journée sans eau, il est dû pour une entrée fracassante dans un torrent immaculé de joie.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:39:41

La tête reçoit, elle n'est donc pas en fonctionnement. Elle reçoit la pluie pour toi WueWong, la mienne reçoit l'or brûlant du soleil car je ne vais au parc que s'il fait beau. Je choisis l'après-midi torride. Le temps que les bêtes redoutent. Le malheur brûlant qu'elles fuient s'abat sur ma course comme un complice bruyant sous mes pas, et ce que je donne d'énergie au sol en courant comme un fou, le sol le dépose en moi par sa mémoire que je réveille.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:48:27

C'est pour moi la course du solitaire à la recherche de l'autre solitaire qu'il croisera sans lui parler, sans lui partager la moindre émotion, et pourtant ces deux-là se retrouveront dans la pensée dépourvus de sentiments l'un pour l'autre. Courir rend l'homme aussi heureux que l'animal: il ne devient qu'un corps. Que plusieurs soient au rendez-vous dans le même parc ne signifie rien pour le corps d'un seul être entièrement consacré au travail de ses zones vitales. Nous provenons tous d'un moment extrême dans la jonction des corps physiques.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:51:12

J'aime à jogger dans les rues encombrées d'autos, de camions, de cyclistes, de piétons angoissés qui sortent de la banque. Je prends conscience que ma solitude est la plus belle enveloppe qui soit, talonnée de partout par l'anxiété des villes aux parfums de mazout. Je sors pleinement de ma vie banale quand je cours sur les trottoirs bordés de sacs à ordures et de chaussettes détrempées qui se retrouvent là par des actes d'abandon. Je désire le bruit: il fend mon oreille d'une caresse brutale: il n'atteint que la part éveillée du rêve que je fais, quand je cours, d'être moi-même au milieu de l’univers.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:54:09

On découvre toujours sans se souvenir de ce qu'on a découvert dans le passé. Ainsi, la vie offre cette richesse de l’inédit qu'on croyait réservée à la stricte période de l'adolescence. Ce que j'aime de ces courses, c'est qu'elles sont idiotes, mais que chaque jour, l'appel est de plus en plus frénétique. On croit alors que c'est l'idiotie qui nous convie à un rendez-vous, puis quand on y repense le soir ou le lendemain, à l'heure du recommencement, on s'aperçoit que ce qui était idiot a revêtu un temps de bonheur intense et c'est vers lui qu'on se précipite à nouveau, comme ces enfants lointains qui n'ont jamais cessé de vivre.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 17:58:17

Je vais aussi courir en ville à la recherche de tout ce qui se trouve sur les trottoirs. Les humains y déposent des mâchées de gomme, des restes d’aliments trop vite consommés, des chaussettes (moi aussi j’en trouve: comment expliquer que les gens se déchaussent sur les trottoirs et font le reste du chemin sans les remettre dans leurs pieds?) puis comme j’habite aussi la campagne, l’été je cours le long du lac et quand j’ai chaud après je me baigne. Ce que je préfère? L’hiver, quand il fait très froid, j’aime bien faire mon jogging sur les appareils au gym du Plateau. J’y rencontre toujours de nouveaux amis, et comme c’est la vie qui les met sur mon chemin, je lui dis merci.

306Re://T7190 [Xenia/Yori/Goro/Zhunai/WueWong/Tian/Proh/Chum/HuiJian - Jogging]post. 18-05-15 18:01:23

Il allait toujours courir au même endroit, à la même heure, chaque jour, incluant le dimanche, été comme hiver. Elle, qui connaissait ce rituel, avait pris l'habitude de le suivre. Le sentier dans le parc dessinait des "s" entre les arbres et le grand étang. Par moments les détours étaient plus accentués, en sorte que lui, devant, pouvait constater qu'elle était là, derrière, toujours à égale distance. Il y avait aussi son ombre qu'il pouvait voir, en diagonale, quand il faisait beau. Jamais ils ne s'étaient rencontrés, salués, mais après plusieurs années de ce rituel quotidien, nul doute que dans ces deux têtes, et de façon si réciproque que ni l'un ni l'autre ne pouvait ignorer ce qui s'y tramait, une rencontre devait absolument avoir lieu.

Elle eut lieu, fatalement, ce jour où il convint que ce serait la dernière fois qu'il allait courir. Son cœur lâcha entre un bosquet et un banc de pique-nique vers lequel il avait bifurqué. Comme il avait passablement ralenti, elle se trouvait juste derrière lui, en sorte qu'elle n'eut qu'à le cueillir.